mardi 15 janvier 2013

VERNISSAGE CHEZ TRANSACMER PARIS

 
EXPOSITION PHOTOS de Sandro OLIVEIRA
"REFLEXO"
du 15 janvier au 21 février 2013
 
VERNISSAGE
JEUDI 17 JANVIER A PARTIR DE 18h30
DANS NOTRE SALON DE LECTURE / BIBLIOTHEQUE
AU 19 RUE DU BAC, PARIS 7
 
 
 
 
 



Le masque - ©sandro oliveira
Miroir des arts
Un humble texte comme prétexte!? Histoire de présenter un jeune artiste autodidacte sans trop lever le mystère de son oeuvre. Et, tout compte fait, ne proposer ou faire que quelques "réflexions", mots en miroir dans le tain et le temps des images de Sandro Oliveira .....
Loin de l'argentique désormais presque légendaire, ici le numérique annonce de suite la couleur. Voici donc [....] une exposition dont le titre dit tout en un mot, ou avec son reflet, en deux : reflex, eau ... L'outil fondamental et l'élément vital. Tout va de pair et par paire, mais il ne s'agit pas de double ... il y a d'abord les continents et les pays : l'Amérique du Sud natale (Brésilien, S. Oliveira nait, en 1979, à Guarantingueta, ville de l'est de l'état de Sao Paulo) et l'Europe, la France surtout. Puis les genres et les pratiques: photographie et peinture puisque Sandro Oliveira s'est très vite exprimé à travers ces deux arts. Sa famille y est certainement pour quelque chose : une mère et une soeur qui peignent et, très tôt, un père qui l'incite à faire des portraits de famille. Encouragé par ses professeurs, il suit alors des cours de dessin et de peinture à Sao Paulo. Suivent alors des études de radiologie avortées ... Voilà qu'il plaque tout! Entre 2003 et 2004 il voyage beaucoup : Angleterre, Italie, France. En 2008 il décide de s'installer à Paris. "C'est La Ville des arts, avoue-t-il, et pour moi, vivre ici c'est un rêve chaque jour! ..."
Dans la capitale, le brésilien affine ses goûts artistiques et perfectionne son français : cours du soir aux Beaux Arts et aux Arts Décoratifs, mais aussi à la Sorbonne. [...]
Le plus magique dans tout cela? La simplicité de l'artiste dans sa pratique. Travailler sans repérage, sans idée préconcue, le matin ou l'après-midi pour espérer trouver de la plus belle lumière possible sur l'eau: "ça c'est le côté brésilien" souligne-t-il en souriant. Cadrer, mais sans jamais, ensuite, recadrer: photographier "en direct" au Canon 300S numérique mais ensuite, au bureau, sans bidouiller via Photoshop .... [...]

Patrick Le Fur. Critique d'art


Transacmer Paris
01.42.60.51.51
hauvette@transacmer.com

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...