jeudi 12 juillet 2012

CONVERSATION AVEC Monsieur LP PROMENHEUR


Je relis avec bonheur l'extrait d'une conversation que nous avions eue avec Monsieur LP Promenheur ... c'était en 2008 et nous étions en pleine 'crise des subprimes' qui a ébranlé le monde ..... nous sommes aujourd'hui en 2012 et toujours aux prises d'une crise, pas la même mais tout aussi importante .... voici ce que Monsieur Promenheur disait de nous, Transacmer. Cela sonne toujours vrai, nous sommes toujours là et, depuis, notre espace au 19 rue du Bac a vécu bien d'expositions, de dédicaces de livres et d'autres expériences fortes comme témoigne notre blog.  Pour en savoir plus sur ce mystérieux Monsieur LP Promenheur, je vous invite à lire notre entrée en date du 17/12/2008 (cliquer sur les libellés 'rendez vous' ou 'rue du bac' et remonter les messages anciens).

Et voici l'extrait .....


Compte rendu d’une Conversation
vendredi 19 décembre 2008
Pour ceux qui n’ont pas pu se déplacer pour écouter notre invité Monsieur Promenheur, vous trouverez ci-dessous un extrait de sa conversation, où il parle très joliment de Transacmer .....

“…. rendons à César ce qui lui appartient : Mr Eric Morin qui a eu l’idée de tout cela et de ces réunions dans ce lieu propice intitulé « Bibliothèque ».  Bibliothèque de conversation.  On dit que parler se dit aussi commerce. Et l’idée superbe en ce moment de crise économique, c'est-à-dire le besoin de trouver des clients et de leur vendre une marchandise.  Crise entre autres, morale, pour la raison que l’on a trop considéré que la victoire étant l’obtention de l’argent par tous les moyens possibles.  Client Pigeon.  Cynisme.  Mais trop c’est trop, la manipulation s’effondre.  Elle n’est plus crédible. Ici, dans ce lieu, il y a quelques années, ils ont compris que l’on n’attraperait plus longtemps les mouches avec du vinaigre. Et avec une incontestable avance sur leur temps ils ont adjoint à leur raison sociale immobilière cette mention : « Bibliothèque ». Idée remarquable : ici avant de vendre, on vient pour lire et pour parler, on vient échanger.  Le visiteur n’entre pas ici en tant que « client potentiel », c'est-à-dire vache à lait.  Il entre pour le plaisir des mots dits, ou des mots lus.  Pour le plaisir simple et reposant d’un échange humain et non pas en état de soumission, de lièvres face à son chasseur.  Une des tares du capitalisme doit être sans doute, je ne m’y connais pas évidemment mais je crois le « sentir », est d’avoir fait du commerce une science du piégeage.  Cette Société en a assez.  Trop c’est trop.  Elle réclame de l’humain, de l’humain, de l’humain.  Sont-ce les hommes qui changent le monde ou le monde qui change les hommes.  Je crois qu’il y a des êtres d’une porosité sensible, tellement aigue, perspicace qu’ils ressentent les mouvements telluriques des nouvelles époques, de même que les indiens, l‘oreille collée au sol, prévoyaient l’arrivée de l’Ennemi longtemps à l’avance, alors que l’Horizon, lui, n’en disait rien.  Il y a des hommes qui ainsi découvrent par leur instinct le changement de l’Epoque qui arrive et que les autres ne voient pas encore. Ce sont incontestablement des voyants.  Ils voient avec leur cœur, l’intelligence supérieure du cœur.  Jean Cocteau : « Lorsqu’un cœur semble en avance sur son Epoque, c’est simplement que son Epoque est en retard sur elle ».  Voilà pourquoi nous avons envisagé cette idée des « Donneurs de Sens ».  Une Bibliothèque des Donneurs de Sens, que ces conversations alimenteraient petit à petit.  Transacmer. Transfusion sanguine.  Avec là aussi le même principe que l’intitulé Bibliothèque pour une agence immobilière.  C'est-à-dire : qui n’oblige à rien qu’un échange détendu, d’égale à égal, où l’achat n’est absolument pas obligatoire mais où la confiance désintéressée s’établit et, ensuite, ou l’on peut, si on en a le besoin, s’intéresser sans crainte et sans obligation (je le répète) à une transaction. Transacmer. Transaction. La Mer, les vagues et le précis.  Mais pas de torpille pernicieuse sous la vague : la confiance. Pour les idées, pour le sens, pour les Donneurs de Sens il en est de même.  Bien sûr il est important de chercher passionnément le sens.  Mais pas d’une façon crispée.  Pas en se disant qu’il faut trouver absolument.  Cela ressemble à l’obligation du Profit.  Non, ici, il faut d’abord se laisser aller à la saveur des conversations, du partage, sans obligation de résultat.  Offrir des richesses. Un gâteau, du caviar, sur tel ou tel sujet, présent ou passé ou prospectif, pour le plaisir poétique, avant tout, du merveilleux.  Donner pour donner.  Servir sur un plateau, un tamis, les perles de caviar et petit à petit, au fil de ces échanges, de ces dégustations, seront retenus par ce tamis des points d’Evidences qui peut-être deviendront une sorte de catalogue des Sens Nouveaux de la Nouvelle Epoque dans laquelle nous entrons. ..

Transacmer Paris
01.42.60.51.51
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...