lundi 16 janvier 2012

Aéroport de La Môle

EXPLICATION DE TEXTE CONCERNANT LA MODIFICATION DE LA PISTE DE L'AEROPORT
Ce lundi 16 janvier sera un jour important pour l'avenir de la piste de l'aéroport. En effet, non seulement c'est aujourd'hui que l'enquête publique qui se déroulera tout à la fois à Cogolin et à La Môle débute pour que le public puisse venir donner son sentiment sur le projet, mais de surcroît, le conseil municipal se réunira ce soir et abordera la question.
Autant de raisons, donc, pour donner la parole aux dirigeants de l'aéroport qui ont souhaité pourvoir donner leur point de vue sur ce projet, selon eux vital pour l'avenir de l'établissement. Le nouveau directeur, Pierre Fourques, qui a pris ses fonctions en octobre dernier, souhaite en effet apporter des précisions utiles à la bonne compréhension du dossier.
Une question de sécurité
"J'ai 40 ans d'expérience dans le domaine aéronautique et j'ai créé deux compagnies d'aviation. Je sais donc de quoi je parle."
"Les gens doivent bien comprendre qu'il n'est en aucun cas question "d'allonger" la piste de l'aéroport, mais simplement de réaliser des aménagements qui permettront d'ulitiser l'intégralité de sa longueur, ce qui n'est pour l'instant pas le cas.
Les normes de sécurité de l'Aviation civile évoluent et depuis 2005, on nous demande de nous mettre en conformité. L'approche de la piste de La Môle est très particulière, du fait des vents et de la présence des collines et de la rivière. Les pilots habilités à y atterrir doivent avoir des qualitications spéciales.", précise en préambule M. Fourques. "Il se trouve qu'à l'Est de la piste, se trouve une grande prairie, dont nous sommes en partie propriétaires et en partie locataires. Si un avion rate son atterrissage pour diverses raisons et qu'il ne peut s'arrêter, il doit pouvoir continuer à rouler. Or, il n'y a que dans cette prairie qu'il peut le faire. en bout de piste de ce côté, il y a une butte de sable et la rivière. Il nous faut donc détourner légèrement son cours sur 300 ou 400 mètres pas plus."
"Nous avons travaillé avec tous les organismes qui protègent l'environnement, y compris l'ONF. Tous ont validé le projet. Nous avons passé un contrat avec l'Office national des forêts pour les replantations en bord de cours d'eau. Nous le respectertons sous toutes ces formes et nous serons d'ailleurs contrôlés. Un entretien régulier sera réalisé", assure le directeur. La piste pourrait ainsi bénéficier des 150 mètres qui ne peuvent pour l'instant être utilisés.
De nouveaux avions moins polluants
Tout cela est simplement une question de sécurité. Il n'est pas question d'accueillir de plus gros porteurs, d'ailleurs la résistance de la piste ne le supporterait pas. Néanmoins, cela permettra l'atterrissage d'avions nouvelle génération, écologiquement plus performants. On les appelle des "very light jet" (VLF). Ils sont plus légers, consomment moins et polluent moins. Mais ils ont besoin de toute la piste. Les Môlois et les Cogolinois doivent aussi être assurés qu'il n'y aura pas d'augmentation de mouvements."
"Je rappelle enfin que l'aéroport est ouvert à tous. Nous accueillons l'aéro-club, des avions taxis, de tourisme d'affaires, qui contribuent à l'économie locale."
Autant d'arguments développés par Pierre Fourques pour plaider la cause du dossier qui sera dès ce matin soums à l'enquête publique.
Môlois et Cogolinois pourront donc venir consulter le dossier pour ce faire une idée de la question.
Le directeur de l'aéroport précise enfin, pour ceux qui voudrait prendre connaissance du problème depuis leur domicile, que les documents sont également consultables sur le site internet de l'aéroport : airport-st-tropez.com
P.PLEU
VAR MATIN du lundi 16 janvier 2012
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...